Vinyar Tengwar Number 42

 

Vinyar Tengwar Number 42: A Review

par Ryszard I. Derdzinski

Vinyar Tengwar #42. juillet 2001, 40 pp. Le journal de l'Elvish Linguistic Fellowship, un Groupe d'Intérêt Spécial de la Mythopoeic Society. Editeur Carl F. Hostetter. Revu aussi par Helge K. Fauskanger sur Elfling.

Juillet 2001 nous a apporté la nouvelle parution du très attendu Vinyar Tengwar numéro 42. Il y a un an Carl F. Hostetter nous présenta un tas de matériel Elfique intéressant en relation avec les essais Quendi and Eldar (de c. 1959-60) et Shibboleth of Fanor (de c. 1968). Maintenant nous avons plus d'informations concernant le Quenya, le Telerin et le Sindarin comme ils furent dans les pensées de J.R.R. Tolkien dans les dernières années de sa vie. Les auteurs de grammaires et de glossaires Elfiques ont dû actualiser leurs sites web et leurs publications. Comme d'habitude tous les textes sont préparés avec grand soin et clarté dans le style de l'Histoire de la Terre-du-Milieu éditée par Christopher Tolkien.

 

Le contenu du Vinyar Tengwar #42 est: Editor's Musings par Carl F. Hostetter (p. 2), Letters to VT (pp. 3-4), The Rivers and Beacon-hills of Gondor par J.R.R. Tolkien, edited par Carl F. Hostetter, commentary par Christopher Tolkien (pp. 5-31) with Appendix: The Eldarin numerals par J.R.R. Tolkien (pp. 24-26), Negation in Quenya par Bill Welden (pp. 32-34), Transitions in Translations, une colonne par Arden R. Smith (pp. 35-38) et Resources (p. 39).

 

Letters to VT contiennent un texte de Frederik Strm de Suède. Il analyse les noms des endroits Sindarin comme Eriador en tant que contrepartie du nom Noldorin Ariador 'Le Pays du Dehors' des The Etymologies, et il la compare avec le nom 'Pays Solitaires' de Bilbo le Hobbit. Carl F. Hostetter réplique en citant une très intéressante note de J.R.R. Tolkien, la seule étymologie connue de Eriador dans les écrits du Professeur de 1949-1953 où Eriador = 'sauvagerie' de CE *erj 'isolé, solitaire' (p. 4). Frederik Strm compare aussi le Hobbit cast, Rohan castu et Westron castar et sa conclusion est que tous viennent d'une seule racine.

 

 

The Rivers and Beacon-hills of Gondor par J.R.R. Tolkien est un essai historique et étymologique intitulé par son auteur Nomenclature. Christopher Tolkien le date de 1967-69 ensemble avec d' autres écrits similaires incluant Of Dwarves and Men, The Shibboleth of Fanor et The History of Galadriel and Celeborn. Ch. Tolkien qui donna quelques gave some extraits de ces essai dans Unfinished Tales, prepara une version plus complète de ce texte pour The Peoples of Middle-earth, mais malheureusement elle fut omise de ce volume. Le texte édité par Carl F. Hostetter contient un fragment d'une lettre non-publiée de J.R.R. Tolkien à Mr Paul Bibire avec une étymologie de Glanduin et alph. Une partie essentielle des The names of the Rivers nous donne un tas de nouveaux mots Sindarin et explique les noms de rivière suivants:Adorn, Gwathl, Erui, Serni, Sirith, Celos Gilrain, Ciril, Ringl, Morthond et Levnui. The Names of the Beacon hills contient l'étymologie des noms: Amon Dn, Eilenach, Eilenaer, Erelas, Calenhad et Halifirien.

Les non-linguistes trouveront des choses passionnantes ici. Ceux qui aiment la Terre-du-Milieu, son histoire et sa culture, pourront lire au sujet des Dúnedain et des coiffures tressées des femmes Elfiques (p.11) Amroth et Nimrodel (pp. 12-13), la fabrication des bateaux par les Elfes (p.16) et les religions pré-Númenoriennes (p.22). Les linguistes savent finalement ce qu'est l'étymologie de Tolkien pré-Númenorienne des mots comme Eriador ('Sauvagerie' p. 4), Emyn Arnen ('Collines d'Arnen', Arnen étant d'origine pré-Nmenrienne p. 17), Imloth Melui ('douce vallée de fleurs' p. 18) et Belfalas ('Baie de Bl' p. 15).

 

 

Appendice: Les Numéraux Eldarin est un texte très intéressantau sujet des numéraux Quenya, Telerin et Sindarin. Parmi les nombreuses nouvelles choses que nous trouvons ici, les formes CE des nombres: 10 *kwaja, *kwaja-m, 11 *minik(w) et 12 *junuk(w). La dernière discussion sur l'ELFLING concernant la terminaison adjectivale -ui trouve ici la réponse: Tolkien derive cette terminaison de CE *-ja et *-ja. Ce suffixe fut généralisé à la fin dans d'autres adjectifs et nombres aussi. Finalement nous pouvons compter de 1 à 10 (ou même à 12) en Quenya, Telerin et Sindarin (pour les nombres Sindarin voir ici; vous pouvez voir que nous avons un nouveau mot pour 10: Q *quain, T *pain, S pae), mais malheureusement nous ne savons toujours pas comment dire 'vingt deux' ou 'cent nonante sept (cent quatre vingt dix sept)' dans les langages Eldarin.

 

 

Negation in Quenya par Bill Welden est une revue très intéressante des conceptions de la négation depuis les temps du "Gnomish Lexicon" aux derniers écrits vers 1970. Nous pouvons voir comment les pensées de Tolkien changèrent au cours des décennies. Nous trouvons ici beaucoup de nouveaux mots et constructions: par exemple ke (ou kw, kwta) traduits comme une particule indiquant incertitude', mo 'un', ma 'pronom personnel indéfini: quelqu'un. Pour une revue plus complète des formes négatives et des formes intéressantes en Quenya voir le message de Helge K. Fauskanger sur l'ELFLING. Bill Welden écrit: Ainsi la question de savoir si un mot ou une construction grammaticale est du "Quenya propre" devient, paradoxalement, plus incertaine au fur et à mesure que nous apprenons de choses au sujet de comment Tolkien travaillait. (p. 34). 

 

 

 

Dans Transitions and Translations Arden R. Smith écrit sur les éditions Islandaise, l'Allemande et le Norvégienne des livres de J.R.R. Tolkien.

*     *     *

 

A mon avis, la dernière parution du Vinyar Tengwar devrait se trouver dans chaque collection Tolkienienne. Elle mérite d'être achetée! 

Et la prochaine parution du Vinyar Trengwar en 2002, comme Bill Welden nous en informe, contiendra les textes très intéressants de J.R.R. Tolkien taremma et Aia Mara (ou Pater Noster et Ave Maria) en Quenya.

 

par Ryszard I. Derdzinski

 

     

page principale