O Hatholad

Quenta Silmarillion Fragment: 'Du Retour des Noldor'


Traduit par Pavel Iosad

 

 

Ceci est une traduction Sindarin du commencement Du Retour des Noldor (O Hatholad in-Gelydh) chapitre dans Le Silmarillion (p. 119).

O Hatholad1 in-Gelydh

Trenarenner
2 sa tollar Feanor ar ionnath dn na Ennorath minui3 o Gdhil, ar thollar sain na waith Lammoth, erin edhebaid4 hb Drengist. Ar ned i-l5 penio tail in-Gelydh erin i-falas, lastanner hl hn ned in emyn, ar phathrant caun meneg lamath veleg chebaid i-Forod bain, ar tholl a sl i-aear r ustad6 i-chair ne Losgar, ar anwar pathrant aeben7 i lastant r hen. 

Cennar i-laich ustad hen Fingolfin i awarthant Feanor aen8 ned Araman, ar iand9 in Yrch ar i-thirn Morgoth. -drenarenner o nuith gr Morgoth ned i-l istad dn sa tunc Feanor, coth haerwain dn, weth od Annn. -ostant Morgoth Feanor, -istant e valan maigol in-Gelydh; ar tranner sa ethell annaethad hain na aear. Nuin giliath ring, ned i-l -erio Ithil, pant i-weth Feanor am chb daen Drengist i minc10 in emyn Lmin, ar s11 tredoll ed in-felais na-ndor12 dhaer Hithlum, ar thollar ned i-l na-nen daen Mithrim, ar ned i-chabad forod e-nen agorer estolad ned i-ndor i estanner aen Mithrim. Dan toll i-weth Morgoth i prestanner r Lammoth ar gail ustad Losgar aen trn chirith Ered Wethrin ar agorer anollad vragol an Feanor ned i-l -echaded ar -garad lest i-estolad; ar ennas ne thailf thind Mithrim maethanner ndagor dadui uith Beleriand. Dagor-nuin-Giliath estanner aen, -eriant Ithil ned i-l, ar linnar laer oh i-ndagor.

1 atholad est construit à partir de at + tol > *attol- > *athol- (cf. ephel <*et-pel)
2 J'utilise le pluriel en -r entièrement du passif, puisque je pense qu'il est prudent de supposer qu'il peut être utilisé impersonnellement
3 munui, not erui, cf. VT42
4 dh dans edhebaid n'est pas une spirante, mais d + h, et le mot est utilisé pour traduire "en pleine mer"
5 Pour 'quand', qui est un mot fréquent dans le passage, j'ai utilisé la construction de style Gallois ned i-l (gerondif/nom verbal) "au temps de...". Cf. Gallois ar bryd dod y rhyfelwyr "quand les guerriers vinrent", lit. 'au temps [de l'] arrivée [des] guerriers'.
6 Un gérondif d'un mot apparenté du Qenya usta
7 *aeben est une reconstruction hautement expérimentale du Sindarin apparenté à aiquen puisque nous pouvons supposer que l'usage de -pen est pronominal ici.
8 i awarthant Feanor aen Ceci est une très hypothétique solution au problème des clauses relatives attribuées aux objets. Je pense qu'il peut être analysé comme "qui Fëanor lui laissa". Une telle méthode d'analyse est utilisée, comme les notes de Ivan Derzhanski, en Gallois littéraire, comme en Hébreu, Perse et Arabe
9 iand est un parent suggéré du Qenya yando
10 minc est une forme suggérée passée d'un verbe *mg-, derivé de la racine MIK (de laquelle maeg se rattache aussi)
11 Ceci est un parent hypothétique du Quenya si, isolé de nsi
12 Je pense que les précédents stops nasalisés émergent comme tels comme quand ils sont lénifiés, sur leur bases du SdA naur dan i-ngaurhoth, où la forme singulier ngaurhoth a évidemment g:, et non .

Le mot hl ( pl. de sl lenifié) doit évidemment avoir un circonflexe sur le y (le code HTML est &375;)

 

page principale