Quenya Poems by Arandil Elenion

Quenya Poems


par Arandil Elenion

 

 

 

L'auteur de Ninqueldan et Tirno Silmarillion (ci-dessous) est Arandil Elenion. Arandil fut la gagnante du premier prix du Third Elvish Language Poetry Prize en 1999. Les deux poèmes parlent d'un Elfe Vanyarin qui combattit dans la Guerre de la Colère et après la bataille, gardant les Silmarils et fut tué par Maedhros. Comme Arandil Elenion le clame, Ninquelda était le grand-père d'Arandil. Ninquelda était son surnom (epesse) dû à son amour de la couleur blanche, et son nom était Arindo.

 

Une version illustrée et calligraphiée peut être trouvée sur Ambar Eldaron ici!

 

 

 

Ninqueldan

Eresse Tol-Eresseasse,
Lillassea lótesse pella,
Ar esce lisceo, ar lasse
I hessa hlapula menello.

Arinya losse or lord 'aire
Fifíruva wilyasse hiswa,
Ar tiruvalye olor aire
Enyalien i vanwa iswa.

Ar erumesse hiruvalye
I metya harma sa haryalye:
I hesin yenion, alasse -
Eresse Tol-Eresseasse.
 

 

Traduction

 

Pour Ninquelda

 

Solitude sur l'Île solitaire

Au-delà du printemps (mois de mai) feuillu

Et le bruissement des roseaux, et la feuille

Morte qui flotte dans le vent

Dans le matin la neige sur la mer endormie

Fond lentement dans l'air brumeux

Et tu verras un rêve béni

Te rappeler le savoir (connaissance) perdu

Et dans le désert tu trouveras

L'ultime trésor que tu possèdes

L'hiver des longues années, joie -

Solitude sur l'Île solitaire
 

 

Tirno Silmarillion
(Ninquelda)

 

I lúme utúlie,
A tirno Silmarillion,
Tienna narwa
No rocco néca,
Yan i esse ná Qualme, -
Wilie haiyave
Númenna Wisto,
Ardallo melima.

Vainolelya unqua
Ar macilya rusta
Loráva nenessen
I caituvar ńalle.
Ve laurea anna,
Hroalya racina
Antalye nóren
Sa varyane li.

Ná carna nilmonen
Tyarda avatyarima,
An nar cotumor qualini,
Naina, Valariande,
An i calwo ná firin,
Ar elenu vinye
Úsiluvar eldain.
Nán i Raice na cuine.

 

 

Traduction

 

 

Garde des Silmarils

 

(Ninquelda)

 

L'heure est venue,

Ô garde de Silmarils

Sur la route embrasée

Sur un cheval pâle,

Du nom de Mort -

De s'envoler au loin

A l'ouest du Ciel

Depuis Arda aimée

Ton fourreau vide

Et ton épée brisée

Dormira dans les eaux

Qui couvriront la vallée

Comme un cadeau d'or

Ton corps brisé

Tu donnes au pays

Que tu protégeas

Est fait par des amis

Fait impossible

Parce que morts sont les ennemis

Pleure, Bélériand

Parce que le héros est mort

Et deux nouvelles étoiles

Ne brilleront pas pour les Elfes

Mais le Mal est vivant

 

 

page principale