I Anda Malle by Thomas Ferencz

I Anda Malle


par Thomas Ferencz

 

 

Thomas Ferencz vient de Hongrie. Son poème I Anda Malle fut d'abord posté sur l' Elfling mailing list en 2002.

 

Une version illustrée et calligraphiée peut être trouvée sur Ambar Eldaron ici!

 

I Anda Malle


Laucë auta Ambarello. Á pusta, telcu! Siarë lá yonta.
I asto hwinya or carinya, tuonyar rihtear pittavë,
tárë yúyo hautar. Anar ruxa, ar wile yernavë oronti pella.
Nwalca silmenen eleni ilwessë rilyar helcavë.
Ausa nimba véranyo yéni yá (randar quíta?)
tintila wilyassë imbë aldar. Pahtan hendunya.
Cenië oira i metto lelyalëo fárëa ná. Lingas
tellessë indonya auressë inyë. Á hauta,
indonya, á hauta! Láqua erin hequa selma.
Quetintë, Eldar i eleni laitar. Inyë rúcë
yétalentallo mettavalta, an selmanya talta
nu i ringa alavaxië enta. Quettar centanya
quetiën ni hehtaner írë i minëa néca nalta
aisto lantanë carinyanna. I centa aica
nyarië Valain sa cuilë ná túrina, ilyë
Eldar nar wanwa, Naucor firini caitar
nún nu ondor rómië límë lungë,
an Moringottor unótimë ortiër. Quíta
vanima ná sa lambanya ná nútina
an írë quetin i quettar i sundor Ambarwa
tancavë ruxar nyenyala, ar Cúma ilúvë tópa.

Ai! Ananta
I cirya larta enta hópassë vahaiya, ya
ullume hiruvan. Var sië nin séya.

 

 

Traduction

 

 

Le long chemin

 

La chaleur vient du Monde. Stoppez, [mes] jambes! Aujourd'hui pas plus!

La poussière tourbillonne sur ma tête, mes muscles tremblent

tous les deux s'arrêtent. Le Soleil s'effrite et flotte (vole) comme fatigué au-delà des montagnes.

Cruelles par leur éclat les étoiles dans les cieux brillent comme glacées.

Une triste vision de moi-même il y a des années (des siècles peut-être?)

clignote (tremble) dans l'air entre les arbres. Je ferme mes yeux.

Vision éternelle de la fin, c'est assez. Elle reste (traîne)

à l'arrière de mon esprit chaque jour. Ô reste!

mon esprit, reste! il ne reste rien excepté la volonté

Ils disent, [que] les Elfes prient les étoiles. Moi, je crains

leur éclat sans fin, que ma volonté s'écroule

sous cette froide perfection. Les mots, mon message

m'abandonnèrent [quand] le premier vague reflet

de terreur tomba sur ma tête. Le message terrible,

dire aux Valar que la vie est vaincue, tous

les Elfes sont partis, les Nains gisent morts

profondément sous les rochers lourds

et d'innombrables Morgoths s'élevaient. Peut-être

qu'il vaut mieux que ma langue soit nouée

parce que, quand je dis les mots, les racines du monde

vont sûrement s'écrouler en pleurs, et le Vide tout recouvrir

 

Hélas! et maintenant

le bateau attend toujours dans ce port là-bas, que

je ne trouverai jamais. Ou ainsi semble-t-il.

 

Glossaire

 

yétalë 'éclat' de yéta- 'voir'. 

alavaxie  'perfection' lit. 'sans tache, immaculé' de vaxë 'tache'.

 

 

page principale