Retour index Ardalambion
 
Retour Ambar Eldaron
  Téléchargez le fichier "LH et RH" au format imprimable PDF
   

Sur LH et RH
(pour ne pas mentionner HL et HR)

En adaptant le matériel "Noldorin" tiré des Etymologies au Sindarin tardif, beaucoup de mots doivent être subtilement altérés pour se conformer aux révisions que Tolkien fit après avoir écrit les Etym à la fin des années trente. Un changement tel que nous le décrivons dans l’article Ae or Oe?, nommément si la diphtongue primitive ai devient oe ou ae dans le langage aux consonances Celtiques dans les mythos de Tolkien: En "Noldorin", la règle principale était que ce ai devint oe, comme cela est rapporté dans les Etymologies. Cependant, Tolkien changea d’avis, et sur le point de sa transformation du Noldorin en Sindarin, il décida aussi que ai devient réellement ae dans ce langage.

 

Un autre changement, affectant un grand nombre de mots, implique les sons qui, dans l’orthographe Romane de Tolkien du Noldorin/Sindarin sont normalement exprimés par les digraphes lh et rh. En Quenya, les mêmes sons sont normalement écrits hl et hr. Il y a un L et un R muets, sc. (dental) L et (roulé) R prononcés sans vibration des cordes vocales. Ce que Tolkien avait à l’esprit était évidemment ce que nous pouvons décrire par des variantes"soupirées"  du L et R Elfiques normaux. En anglais, le l muet apparaît seulement comme une variante du l normal. (Par exemple, le l de please ne sera normalement pas prononcé; au contraire du l vocalisé de lease – pour emprunter un exemple de An Introduction to Elvish.) Mais en Sindarin et en Quenya, ces sons muets sont des phonèmes de plein droit.

 

Dans le Noldorin des Etymologies, rh- et lh- sont des sons initiaux communs. Des mots primitifs et des racines en r- et l- produisent régulièrement des mots en rh- et lh-, alors que les mots correspondants en Quenya ont un r- et un l- normal, sc. Le son primitif ne change pas. Pour citer juste deux exemples, le primitif rigê "couronne" produit le Noldorin rhî et le Quenya rië (LR:383 s.v. RIG), alors que le primitif lassê "feuille" produit le Noldorin lhass et le Quenya lassë (LR:367 s.v. LAS1). En Noldorin, on peut dire que ces sons lh et rh sont simplement le résultat des phonèmes /l/ et /r/ quand ils sont en position initiale. Cependant, la preuve est que Tolkien révisa ceci. A l’époque où le Noldorin devint le Sindarin, il décida qu’en  Sindarin comme en Quenya, le r- primitif initial et le l- étaient simplement inchangés. Dans les premiers manuscrits du SdA, il a y des traces du même système que dans les Etymologies (par exemple, dans RS:438 nous avons Rhascarn comme premier nom de Caradhras, la Corne Rouge; ceci est clairement rhas(s) "corne" + carn "rouge"), mais bientôt, le changement devint quasi universel. D’où le fait qu’il y a quelques exemples de mots Noldorin en rh- et lh- correspondant aux mots Sindarin en r- et l-. Nous allons en regarder quelques uns.

 

Le Noldorin rhom "cor, trompette" (LR:384 s.v. ROM) réapparaît comme rom en Sindarin (WJ:400); dans les deux cas, la forme primitive était indubitablement censée commencer par un simple r- (probablement *rombâ, cf. Quenya et Vieux Noldorin/Sindarin romba). Le Noldorin lham(b) "langue" (LR:367 s.v. LAB) correspond au Sindarin lam (WJ:394 cf. 416); tous deux doivent être dérivés du primitif lambâ (ou lambê quand la signification est "langage" plutôt que "langue physique", mais ils sont unis à la fois en Noldorin et en Sindarin). Un autre exemple du changement du Noldorin lh- en Sindarin l- se voit dans le mot pour "fleur", le Noldorin lhoth (LR:370 s.v. LOT(H)) correspond au Sindarin loth (listé dans l’Appendice du Silmarillion). Christopher Tolkien mentionne un nom d’aigle en Noldorin Lhandroval dans LR:382 s.v. RAM; la nouvelle forme Sindarin Landroval apparaît dans le SdA3/VI ch. 4 ("[Gwaihir] enleva Gandalf et l’emmena loin au sud, et avec lui il alla à Landroval..."). Mais un autre exemple est fourni par le mot Noldorin lheithian "libérer" (LR:368 s.v. LEK); le Silmarillion publié se réfère à "the Lay of Leithian, Libéré des liens" (chapitre 19). La nouvelle forme leithian apparaît aussi sur un glissement accompagnant les Etymologies elles-mêmes; voir ci-dessous. Comme pour les exemples suivants de la révision rh > r, nous pouvons comparer le nom d’un endroit Rhamdal (LR:390 s.v. TAL, TALAM) avec la forme Ramdal apparaissant dans le Silmarillion. Le mot Noldorin pour "caverne" était rhond (ou rhonn), listé dans LR:384 s.v ROD. Ceci correspond clairement au Sindarin tardif rond, comme dans Hadhodrond comme nom en Gris Elfique de la Moria (WJ:414 indique que Tolkien décida plus tard que la racine était RONO plutôt que ROD, mais ceci est immatériel). Comparez aussi la nom féminin Noldorin Rhian "don de couronne" (LR:368 s.v. RIG) avec Rían comme nom de la femme de Huor dans le Silmarillion.

Ainsi il ne manque pas de preuves pour la révision lh > l et rh > r. Mais est-ce que les sons rh- et lh- n’apparaissent pas en Sindarin tardif aussi? Oui, ils apparaissent. Mais ils ne sont plus dérivés de simple r-, l- dans le langage primitif, et il ne sont plus les allophones de /r/ et /l/. Dans l’Appendice E du SdA, expliquant sa convention d’écriture, Tolkien écrit:

LH représente [L] quand il est muet (habituellement dérivé du sl- initial). En Quenya (archaïque) ceci est écrit hl, mais était au Troisième Age habituellement prononcé l.

Et pareil en ce qui concerne rh:

RH représente un r muet (habituellement dérivé de l’ancien sr- initial). Il était écrit hr en Quenya.

 

Ainsi maintenant, le Sindarin rh, lh (et le Quenya hl, hr) doivent normalement être dérivés de sl-, sr- au lieu du simple l-, r- (parce que Tolkien avait décidé qu’ils resteraient inchangés à la fois en Sindarin et en Quenya). Le développement sr > rh/hr est confirmé par une source post-SdA, Tolkien dérivant les mots Elfiques pour "chair" - Sindarin rhaw et Quenya hrávë – du primitif srâwê (MR:350). Ce nouveau système différait du scénario linguistique que Tolkien avait utilisé dans les Etymologies. En écrivant les Etym vers le milieu des années trente, Tolkien avait le sr- primitif initial et le sl- qui produisaient le Noldorin thr- et thl-, alors qu’en Quenya le sl- initial était de préférence simplifié en l- normal (et sr- serait probablement de la même manière devenu un simple r-, mais les Etym ne fournissent pas d’exemple de ceci). Ceci est évident à partir de mots comme le verbe thribi "gratter, griffer" de la racine SRIP, ou du primitif slaiwâ "maladif" (racine SLIW) produisant le Noldorin thlaew (ou thloew). Le thl initial devint éventuellement fl, ainsi thlaew apparût plus tard comme flaew (il y a deux autres exemples de ce changement: thliw "maladie", dérivé de la même racine SLIW, devenant plus tard fliw, et thloss "soupirer" de la racine SLUS devenant plus tard floss). Les mots apparentés Quenya montrent un simple l- (N thlaew/flaew = Q laiwa, N thiw/fliw = Q lívë, N thloss/floss = Q lussë). En Quenya des Etymologies, il n’y a pas de mots en hr- et hl-; la présence de ces sons en Haut-Elfique n’entraient pas dans la conception du Haut Elfique de Tolkien.

Ainsi, pour résumer:

Vieux système  (utilisé dans la plus grande partie des Etym):

Le l- initial primitif produit le Noldorin lh- et le Quenya l-
Le r- initial primitif produit le Noldorin rh- et le Quenya r-
Le sl- initial primitif produit le Noldorin thl- (devenant plus tard fl-) et le Quenya l-
Le sr- initial primitif produit le Noldorin thr- et le Quenya *r- (pas d’exemple)

Mais ensuite, alors qu’il atteignait l’étape du SdA, Tolkien décida que le l-, sl- et r-, sr- primitifs seraient développés de la même  manière en Quenya et en "Noldorin" > Sindarin:

Nouveau système  (utilisé en Quenya et en Sindarin de style SdA):

Le l- initial primitif reste l- à la fois en Quenya et en Sindarin
Le r- initial primitif reste r- à la fois en Quenya et en Sindarin
Le sl- initial primitif produit le L muet, écrit lh- en Sindarin et hl- en Quenya
Le sr- initial primitif produit le R muet, écrit rh- en Sindarin et hr- en Quenya

La conclusion doit donc être celle-ci: En mettant à jour le matériel "Noldorin" des Etymologies en Sindarin de style SdA, nous devrons changer la consonne initiale des mots en lh- et rh- en l-, r- normaux, alors que les mots Noldorin en thl- (fl-) et thr- doivent être altérés pour commencer par lh- et rh- en Sindarin. Nous pouvons aussi considérer le fait d’introduire hl-, pas le simple l-, dans des mots Quenya dérivés de racines en SL- (et hr- dans des mots Quenya dérivés de racines en SR- si les Etym avait fourni un exemple de ceci, mais la seule racine pertinente est SRIP, et aucun mot Quenya n’est listé ici).

Aussi loin que des formes "Noldorin"/Sindarin sont concernées, il y a des traces (ou devrions-nous dire préfigurations?) du système révisé dans les Etymologies aussi. Dans un certain nombre de cas, nous avons des mots Noldorin montrant le l- et r- initial au lieu de lh- et rh-, comme si le Nouveau Système était déjà tapis dans le fond: Ces mots tirés des Etymologies peuvent habituellement être adoptés en Sindarin plus ou moins comme il le sont. Les changements entre lh/l et rh/r ne semblent pas systématiques et probablement simplement le reflet de l’indécision de Tolkien. L’entrée LEK (LR:368) est particulièrement intéressante, où Tolkien donna pour la première fois le mot pour "libérer" comme lheithian. Mais sur ce que Christopher Tolkien décrit comme un "un glissement accompagnant ces étymologies", ce mot devint leithian à la place: "Leithian libérer; cf. Lay of Leithian." Il semblerait qu’après avoir écrit l’entrée originale, mais avant d’écrire le glissement accompagnant, Tolkien fit la révision. D’autres cas de l- au lieu de lh- déjà dans les Etymologies sont lalf et lalven (pl. lelf, lelvin) "orme" (entrée ÁLAM; contraste avec la forme lhalwen dans l’entrée LÁLAM, mais même là, le pl. est donné comme lelwin au lieu de *lhelwin!), leithia "libérer" (LEK, du même glissement accompagnant que leithian), lith "sable" (LIT), lond > lonn "chemin" (AK - mais lhonn dans l’entrée LOD!), Lothlann (nom d’un endroit) (LUS - mais Lhothlann dans l’entrée LAD!). Des cas de r- au lieu de rh- sont râd "chemin, piste", rado "se faire un chemin, trouver un chemin", rant "filon, veine", rath "cours, lit d’une rivière" (toutes listées sous la racine RAT), Rathloriel (nom d’une rivière) (RAT, LÁWAR/GLÁWAR), Regornion "Hollin" (ERÉK), risto "déchirer" (RIS), roch "cheval" (ROK), rosto "creuser, excaver" (ROD).

Inversement, les Etymologies listent aussi quelques mots Noldorin en lh- et rh- qui retiennent les sons initiaux aussi en Sindarin tardif. Nous avons, par exemple. Le mot lhaw "(paire d’) oreilles", dans les Etymologies dérivé d’un vieux duel lasû, un dérivé de la racine LAS2 "écouter". Normalement, nous n’hésiterions pas à corriger lhaw en law en Sindarin. Cependant, la forme lhaw apparaît dans le SdA lui-même, comme une partie du nom Amon Lhaw "Colline de l’Ecoute" ou littéralement *"Colline des Oreilles" (mentionnée près de la fin du chapitre La Grande Rivière  dans le Volume 1). Qu’allons-nous faire de ceci? Il semble que Tolkien dans quelques cas transforma les vieilles formes Noldorin en lh-, rh- en Sindarin, probablement simplement parce qu’il aimait le son de celles-ci. Bien sûr, ceci nécessitait qu’il invente de nouvelles étymologies pour ces mots, en les faisant se référer aux formes primitives en sl- et sr- où l- et r- étaient suffixés dans le Vieux Système. Il est clair que Tolkien dans la période post-SdA dériva lhaw à partir d’une racine SLAS, pas LAS comme dans les Etymologies. Ceci est évident à partir du verbe Quenya apparenté hlar- "écouter, entendre", apparaissant dans la dernière version du poème de Markirya (MC:222: Man hlaruva rávëa súrë[?] "Qui entendra le vent rugir [?]") En Quenya, le hl- initial dérive de l’ancien sl-. Si nous voulions être complètement constant, nous devrions changer l- en hl- dans les mots Quenya dérivés de LAS2 dans les Etymologies (nommément lár "paire d’oreille", le verbe lasta- "écouter" et le nom lasta "écoute", plus le nom Lastalaica "oreille fine"). Quand le mot Noldorin lhaw "(paire d’) oreilles" prit son lh- en Sindarin, nous devons supposer que le singulier apparenté lhewig "oreille" serait aussi inchangé.

 

 

Un autre cas de lh-"Noldorin"  persistant en Sindarin est fourni par le mot lhûg "dragon, serpent", d’abord listé dans les Etymologies (s.v. LOK, LR:370) mais aussi réapparaissant dans l’Appendice du Silmarillion (entrée lok-), et là censé explicitement être en Sindarin. Mais la dernière source établit aussi que le mot Quenya correspondant était (h)lókë, alors que les Etymologies avaient simplement lókë. Un mot Quenya hlókë requière une forme primitive en sl- (selon toute probabilité *slôkê), ainsi Tolkien a introduit à nouveau une nouvelle étymologie pour conserver un mot Sindarin dans sa forme Noldorin; pour une raison quelconque il ne voulut pas corriger lhûg en lûg.

Il y a aussi quelques cas de rh- persistant en Sindarin où nous aurions normalement attendu r-. Dans les Etymologies, l’entrée RUSKÂ liste un mot Noldorin rhosc "brun"; que nous aurions normalement corrigé en rosc en Sindarin, mais dans le SdA nous trouvons Rhosgobel comme nom de la demeure des Magiciens (Gandalf durant le Conseil d’Elrond se référant à "Radagast le Brun, qui à un moment demeurait à Rhosgobel"). Cela peut difficilement signifier autre chose que " Village Brun", rhosc + gobel (pour le dernier élément, voir l’entrée PEL(ES) dans les Etymologies). Il semble que nous devons accepter rhosc comme mot Sindarin pour "brun", et supposer qu’il est dérivé de *SRUSKÂ plutôt que de RUSKÂ.

Un autre mot en rh- que Tolkien évidemment ne pouvait pas se dessaisir est rhûn "est". Il est listé dans cette forme à la fois dans les Etymologies (LR:384 s.v. ) et dans l’Appendice E du SdA E. Le mot Quenya apparenté rómen est aussi mentionné dans les deux sources, ce qui est quelque peu curieux: Si le Sindarin a rhûn à partir du primitif *srônâ, et le même élément *srô- est à l’origine de la première partie du Quenya rómen aussi, le mot Quenya devrait avoir été *hrómen! La première partie de rómen doit être descendue de *-, mais nous ne pouvons nous référer au Sindarin rhûn pour *rônâ, parce que ceci produirait le Gris-Elfique *rûn à la place. Ainsi, en dépit de l’affirmation faite par Christopher Tolkien dans l’entrée rómen dans l’Index du Silmarillion, que les mots Sindarin rhûn, amrûn "avaient la même origine" que le Quenya rómen, il doit y avoir quelques variations radicales impliquées. Le mot Quenya doit provenir de -, alors que les formes Sindarin reflètent évidemment une variante avec un S préfixé à cette racine: SRÔ-. Quelque part dans le matériel non publié, il y a sans doute une note expliquant comment le Sindarin peut avoir rhûn alors que le Quenya a rómen!

Peut-être que le mots rhass "précipice" devrait aussi être laissé tel quel. La racine est KHARÁS, ainsi la forme en Vieux Sindarin serait *khrasse; la combinaison initiale khr pourrait très bien être transformée en un rh muet aussi en Sindarin. (Dans l’Appendice E du SdA, Tolkien établit que le Sindarin rh était "habituellement dérivé de l’ancien sr- initial ", une construction de phrase indiquant qu’il y avait aussi des combinaisons primitives qui pouvaient produire ce son, bien qu’elles fussent moins commune.) De plus, corriger rhass en rass le ferait entrer en conflit avec le mot pour  "corne".

EN METTANT A JOUR LE MATERIEL DES ETYMOLOGIES

Nous allons essayer, alors, de résumer comment nous devons traiter le matériel des, Etymologies pour le mettre à jour selon les dernières découvertes de Tolkien concernant l’évolution de l’Elfique.

 

1. Dans ces mots Noldorin, lh- devrait être changé en l- normal en Sindarin: lhaden (pl. lhedin) "ouvert, dégagé" (LAT), lhaeg "aiguisé, aigu" (LAIK), lhaes "bébé" (LAP), lhagr "rapide" (LAK2 - en Sindarin de style SdA, la forme devrait être lagor plutôt que lagr), lhain < lhein "libre, affranchi" (LEK - en Sindarin de style SdA, la forme devrait être lain plutôt que lein), lhalorn "orme" (LÁLAM), lhalwen "orme" (LÁLAM; le pl. lelwin, en Noldorin assurément une erreur lhelwin, est déjà mis à jour en Sindarin!), lhamb, lham "langue" (LAB - la forme Sindarin devrait être lam, attesté dans WJ:394 cf. 416, plutôt que lamb), Lhamthanc "langue fourchue", nom d’un serpent (STAK), lhanc "gorge" (LANK), lhand "espace ouvert, étage" (LAT), lhand, lhann "vaste" (LAD - la forme Sindarin devrait être land plutôt que lann), Lhandroval (nom d’aigle) (RAM; nouvelle forme Landroval attestée dans le SdA3/VI ch. 4), lhang "coutelas, épée" (LAG), lhant "abattage en forêt" (LAT), lhasbelin "automne" (KWEL, LAS1), Lhasgalen "Vertefeuille", un nom de Laurelin (LAS1; cf. Eryn Lasgalen "Bois de Feuilles Vertes" comme nouveau nom de Mirkwood dans l’Appendice B du SdA), lhass "feuille" (LAS1), lhath "multitude [?cuir]" (LATH), Lhathleg "oreilles fines" (nom) (LAS2), lhathrado et lhathro "écouter, espionner" (LAS2), lhathron "auditeur, oreille indiscrète " (LAS2), lhaug "chaud" (LAW), lhaws "cheveu" (même traduction que le Quenya lokse, pas Noldorin lhoch!) (LOKH), lhebed "doigt" (LEP/LEPET), lheben "cinq" (LEP/LEPEN/LEPEK), lhefi "lécher" (LAB; en Sindarin cela devrait s’écrire levi plutôt que lefi; la 3ème pers. sg. Du présent lhâf aussi mentionné dans les Etym deviendrait cependant simplement lâf), lhegin "rapide, agile" (LAK2), lheithian "libérer" (LEK; la nouvelle forme  leithian se trouve sur un glissement accompagnant les Etymologies et aussi attesté dans le Silmarillion publié), lheitho "libérer" (LEK; la forme leithia- qui se trouve dans le glissement sus-mentionné devrait peut-être être préféré en Sindarin, plutôt que juste changer lheitho en leitho, leitha-), lhend "harmonieux, doux" (LIND), lhevon ou lhifnir "Elfe restant derrière" (LEB/LEM) = Quenya Lembi (mais les mots Noldorin sont sg. pas pl.; les Lembi que Tolkien nommera plus tard les  Avari, Sindarin Evair, ainsi ces mots Noldorin devraient peut-être être ignorés plutôt que mis-à-jour), lhimb, lhim "poisson" (LIW - en Sindarin de style SdA, thla forme devrait être lim plutôt que limb), lhimlug "dragon poisson, serpent de mer" (LOK), lhimmid (passé lhimmint) "mouiller" (LINKWI; en Sindarin lire peut-être limmida- plutôt que juste limmid), lhimp "mouillé" (LINKWI), lhîn "lac" (LIN1), Lhîn Uial (nom d’un endroit) (MUY), lhind, lhinn "chanson" (LIN2 - en Sindarin de style SdA la forme devrait être lind plutôt que linn, mais -linn peut être préféré dans des composés comme aerlinn), lhîr "rang, rangée" (LIR2), lhoch "boucle de cheveux" (LOKH), lhoda "flotter" (LUT), lhoeb "frais" (LÁYAK - la forme Sindarin devrait être laeb plutôt que loeb, parce qu’il y a eu une autre révision de Tolkien), Lhoebelidh et Lhoebenidh "Elfes Verts" (LÁYAK – ici nous devrions aussi changer oe en ae si les mots devaient être adaptés au Sindarin, mais pour diverses raisons, ces mots "Noldorin" devraient mieux être ignorés, et comme les mots Sindarin pour "Elfes Verts" ils sont en tout cas évidemment rendus obsolètes par Laegil, Laegrim, Laegel(d)rim, sg. Laegel, dans WJ:385), lhong "lourd" (LUG1), lhonn "sentier étroit" (LOD – l’ancienne forme Noldorin, non données, serait  lhond, cf. Quenya londë, et en Sindarin de style SdA nous aurions attendu lond plutôt que lonn; la forme lond est mentionnée en réalité dans l’entrée LOD et dans l’entrée  AK), lhost "vide" (LUS), lhoth "fleur" (LOT(H)), Lhothland > Lhothlann "vide et vaste", nom d’une région (LAD; la forme "Sindarin" Lothlann est attestée dans l’entrée LUS), lhû "un moment, une occasion" (LU), Lhuien = Quenya Lórien, nom d’un Vala (LOS), lhum "ombre" (LUM), lhumren "ombragé" (LUM), lhûn "bleu" (LUG2; cependant, le Silmarillion semble indiquer que Tolkien établit luin comme mot Sindarin pour "bleu"; un nom d’endroit Lhûn apparaît dans le  Silmarillion publié, quelque soit ses dérivés et sa signification), Lhúndirien "Tours Bleues", autre nom de Eredluin = "Montagnes Bleues" (LUG2; Christopher Tolkien cite une occurrence de Luindirien à un autre endroit, et ceci peut être du meilleur Sindarin), Lhúnorodrim "Montagnes Bleues" (LUG2), lhunt "bateau" (LUT), lhûth "sortilège, charme" (LUG2), lhútha- "enchanter" (LUG2), Lhúthien "enchanteresse" (nom fem. = Lúthien) (LUG2).

 

 

2. Les quelques mots en lh- tirés des Etymologies qui ne devraient PAS être altérés en Sindarin (parce que Tolkien révisa évidemment leurs dérivés, faisant référence à la racine SL- au lieu de L-): lhewig "oreille", lhaw "oreilles" (la paire d’oreille d’une personne) (LAS2), lhûg "serpent" (LOK; voir lóke dans l’appendice du Silmarillion pour la traduction). Après la révision, nous devons supposer que Tolkien introduisit des racines comme SLAS- et SLOK- à la place.

 

3. Les mots Noldorin en thl- ou fl-, dérivés de sl-, qui devraient avoir lh- en Sindarin: thlaew, thloew "malade" (SLIW; la forme Sindarin devrait être lhaew plutôt que lhoew), thlê "fil fin, filament d’araignée" (SLIG), thlein "mince, maigre", pl. thlîn (SLIN; en Sindarin de style SdA, le sg. devrait lhain plutôt que lhein), thlind, thlinn "fin, mince" (SLIN; la forme Sindarin devrait être lhind plutôt que lhinn), thling "araignée, toile d’araignée" (SLIG), thlingril "araignée" (SLIG), thlinn, thlind "fin, mince" (SLIN), thliw, fliw "maladie" (SLIW; la forme Sindarin devrait probablement avoir une longue voyelle, lhîw), thloss, floss "un soupir ou frémissement" (SLUS/SRUS). Des mots Quenya dérivés des mêmes racines devrait strictement avoir leur consonne initiale corrigée l- en hl- si nous devions appliquer toute le révision de Tolkien: línë "toile d’araignée", lia "fil fin, filament d’araignée", liantë "araignée" (tout de SLIG), lívë "maladie", laiwa "malade" (tout de SLIW). Le mot primitif slindi "fin. délicat" devrait avoir produit régulièrement le Quenya lindë (vieux système) ou hlindë (nouveau système), mais dans LR:386 s.v. SLIN, Tolkien établit qu’il était mélangé à un mot primitif distinct lindâ  "son doux", qui produirait le Quenya linda (dans les deux systèmes!) Les signification de lindâ et slindi fusionnent pour produire un mot général pour "beau". D’où slindi ne produit ni lindë ni hlindë, et nous n’avons pas besoin d’insister sur le fait que linda devrait être corrigé en hlinda, puisque par sa forme ce mot descend à l’origine de lindâ (simple l primitif – étant inchangé en Quenya).

 

4. Dans ces mots Noldorin, rh- devrait être changé en r- normal en Sindarin: rhaen "courbe" (RAG), rhaes (probablement une mauvaise lecture pour *rhass) "corne" (spécialement sur un animal vivant, amis aussi appliqué aux montagnes; la forme Sindarin rass est mentionnée dans le SdA Appendice E) (RAS), rhaew "brasse (distance)" (RAK), rhafn "aile (corne)" (RAM), rhain < rhein "bord" (REG; la forme Sindarin devrait être rain plutôt que rein), rhamb, rham "mur" (RAMBÂ; la forme Sindarin devrait être ram [dans l’appendice du Silmarillion] plutôt que ramb), Rhamdal "fin du mur", nom d’un endroit à l’Est de Beleriand (TALAM; nouvelle forme Ramdal attesté dans le Silmarillion publié), Rhân "Lune" (RAN, THIL), rhanc pl. rhenc (archaic pl. rhengy) "bras" (RAK; la forme pl. "non-archaïque" rhenc devrait peut-être être rainc plutôt que renc en Sindarin de style SdA), rhandir "errant, pèlerin" (RAN), rhasg "corne" (spécialement sur un animal vivant, mais aussi appliqué aux montagnes) (RAS), rhaud "métal" (RAUTÂ; supposé changé par Tolkien à partir de "cuivre"), rhaudh "creux, caverneux" (ROD), rhaug "démon" (RUK), rhaun "errant" (RAN), rhaw (1) "rive" (spécialement d’une rivière) (RAMBÂ), (2) "sauvagerie" (RAB) (3) "lion" (RAW; la forme plurielle rhui "lions" listée ici serait en Sindarin roe plutôt que rui), rhedhi "semer" (RED), rhein (< rhoein) "piste, empreinte, marque" (RUN; la forme Sindarin devrait être rain plutôt que rein ou roein), rhemb, rhem "fréquent, nombreux" (RIM; la forme Sindarin devrait être rem plutôt que remb), rhenio (1) "s’égarer" (RAN), (2) rhenio "voler, voguer; errer" (RAM; ce dernier "rhenio" est évidemment une mauvaise lecture pour  rhevio dans le manuscrit de  Tolkien, ainsi la forme Sindarin devrait être revio), rhess "un ravin" (RIS), rhest "coupe" (nom  tiré de couper) (RIS), rhî "couronne" (RIG), Rhian ("don de couronne", nom fem.) (RIG; la forme Sindarin Rían apparaît dans le Silmarillion publié), rhib- "couler comme un [?torrent]" (RIP; lecture de la traduction incertaine ; les formes infléchies rhimp et rhimmo devraient en tout cas avoir r- plutôt que rh- en Sindarin), Rhibdath (et Rhimdath) "Précipiter vers le bas" (nom d’une rivière) (RIP), rhien, rhîn "dame couronnée" = "reine", aussi adj. "couronné/e" (TÂ/TA3, RIG; la forme Sindarin devrait être rîn plutôt que rien), rhîf "lisière, ourlet, bord" (RÎ; la forme Sindarin devrait probablement être écrite rîw plutôt que rîf), rhimb, rhim (1) "foule, armée" (RIM; la forme Sindarin devrait être rim plutôt que rimb), (2) "lac (de montagne)" (RINGI; à nouveau, la forme Sindarin devrait être rim plutôt que rimb), rhingorn, rhin-gorn "cercle" (RIN, KOR), rhinc "saccade, secousse, mouvement soudain" (RIK(H)), rhind, rhinn "cercle", aussi adj. "circulaire" (RIN; la forme Sindarin devrait être rind plutôt que rinn), rhing "froid" (RINGI); rhis "un ravin" (RIS; en Sindarin, l’orthographe riss plutôt que ris est peut-être préférable), rhîs "reine" (RIG), rhisto "couper" (vb) (RIS), rhitho "secouer, saccader" (RIK(H)), rhoeg "tordu, courbé" (RÁYAK; la forme Sindarin devrait être raeg plutôt que roeg), rhofal pl. rhofel "aileron, grande aile (d’aigle)" (RAM; en Sindarin, le sg. Devrait être écrit roval plutôt que rofal, cf. le nom d’aigle Landroval, et le  pl. devrait probablement rovail plutôt que rofel or rovel), rhom "cor, trompette" (ROM; la nouvelle forme rom est attestée dans WJ:400), rhomru "sons des cors" (ROM), rhond, rhonn "caverne" (ROD; la forme Sindarin devrait être rond plutôt que ronn; cette forme est attestée dans WJ:414, bien que Tolkien ait introduit une nouvelle étymologie), rhoss (1) "pluie" (ROS1), (2) "métal poli" (RUS), rhû "son fort, son de trompette" (ROM), rhuiw ou rhui "chasse " (ROY1), rhy^n " 'chaser (chasseur pour un chien)', chien de chasse" (ROY1).

 

 

5. Les quelques mots en rh- tirés des Etymologies qui ne devraient PAS être altérés en Sindarin (parce que Tolkien révisa évidemment leur dérivation, les faisant se référer aux racines en SR- au lieu de R-): rhosc "brun" (RUSKÂ), rhûn et rhufen "est" (RÔ; rhufen est listé comme un mot archaïque ou poétique; il est mieux orthographié rhuven selon le système que Tolkien utilisa dans le SdA). Peut-être que rhass "précipice" (KHARÁS) devrait rester inchangé ; voir ci-dessus.

 

6. Les mots Noldorin en thr-, dérivés de sr-, qui en Sindarin devraient avoir rh- à la place: thribi "gratter, griffer" (SRIP) et thross "a soupir ou frémissement". (Pour le dernier, voir l’entrée SLUS, SRUS; dans ce cas, la racine est évidemment SRUS – alors que les mots en Quenya lussë et lussa-, "soupirer" comme nom et verbe respectivement, doit être dérivé de SLUS: Donc ils doivent devenir strictement hlussë et hlussa-  si nous devons appliquer la révision de Tolkien.)